Hors du monde du végétal, du microcosme silencieux où l’éternité est intériorisée dans la feuille, l’écorce et la brindille, j’ai choisi alors de chercher la même qualité de silence et d’intériorisation dans le monde tumultueux de la tempête.
J’ai cherché dans ce vacarme marin à percevoir ce qui le relie à l’espace sidéral, à caresser l’accord maîtrisé de l’éternité avec l’homme. Instant incertain, fixé par quelques lignes (peut être des cordages), où d’hypothétiques vaisseaux, avanceraient lentement et sans bruit
Huile et pastel

INTEMPORALITE


Intemporalité n'est pas une représentation de paysages marins.

En effet le choix de la lumière nocturne, des "gros plans" sur les vagues menaçantes de la tempête, ne permet pas au spectateur  de se reposer devant des marines rafraîchissantes; ce dernier,  au contraire, est saisi par ce qui pourrait être l'ultime instant avant sa mort.

Pourtant en seconde analyse, rien de morbide ne se dégage de ces oeuvres, car ce qu'elles donnent principalement à voir, c'est l'immensité des éléments, c'est l'éternité où habitent le ciel et la mer. Ces instant pris sur le vif au coeur de la tempête, se révèlent en fait appartenir  à l'Intemporalitè  du cosmos. Ils invitent non à la peur, ni à l'action, mais à la méditation.

Ce travail allie la notion d' Intemporalité à des images impliquant fortement le spectateur, au
point qu'il puisse se sentir en danger, plongé dans ce qui le dépasse, sans autre point de repère que de dérisoires filins, ou les limites mêmes du tableau;

Ainsi confronté à sa fragilité, à son impossibilité d'être représenté lui-même dans ce paysage, l'homme ne peut que s'ouvrir à une nouvelle  dimension, plus métaphysique, oû le but  et l'origine de son existance ont un lien avec l' INTEMPORALITE

  1    2    3    4  
Diaporama